Ouverture du troisième sceau
LE CIEL EST LA MÉTAPHORE DE L'ESPRIT

Cher Lecteur ou chère Lectrice, si vous comparez les citations suivantes :

À moins de naître d'en haut,
personne ne peut voir le royaume de Dieu. †1

À moins de naître de l'eau et de l'Esprit,
personne ne peut entrer dans le royaume de Dieu. †2

Vous remarquerez que “ d'en haut ” et “ de l'eau et de l'Esprit ” sont des expressions équivalentes. De même, dans ces deux autres extraits :

Celui qui vient d'en haut est au-dessus de tous.

Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous. †3

Vous remarquerez encore que “ d'en haut ” équivaut (évidemment) à “ du ciel ”.

D'où il ressort que “ de l'eau et de l'Esprit ” équivaut à “ du ciel ”.

D'autre part, dans ce même chapitre du quatrième évangile, le verset 8 (Le vent souffle où il veut, et sa voix, tu l'entends ; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va : ainsi en est-il de quiconque est né de l'Esprit) précise le sens de l'expression “ naître de l'eau et de l'Esprit ” : on ne naît en vérité que de l'Esprit. Mais, sans l'eau du baptême qui lave métaphoriquement l'esprit des idées fausses découlant de l'erreur originelle †4 (comme de croire qu'on naît de la chair), nul ne peut naître d'en haut, c'est-à-dire reconnaître qu'il est né de l'Esprit (à l'instar de Jésus).

En effet, il n'est pas question de naître de nouveau, comme le croit Nicodème qui, aidé en cela par le double sens du terme grec “ anôthen ” (qui signifie “ d'en haut ”, mais peut aussi s'entendre comme “ à nouveau ” ou “ de nouveau ”), en vient à demander s'il est possible de retourner dans le ventre de sa mère (Jean 3, 4) ! Absurdité qui trahit l'impureté de son esprit, alors que s'il se considérait a priori (comme le lui suggère fortement Jésus) comme né d'en haut (de l'esprit), mais égaré par l'erreur originelle, toute difficulté disparaîtrait. Moyennant l'élimination de cette souillure, le salut serait à sa portée, sans qu'il lui faille appeler paradoxalement au secours de sa raison quelque renaissance prodigieuse ou mystique.

Quant au mot “ Ciel ”, cher Lecteur ou chère Lectrice, il équivaut donc ici à “ Esprit ”. Le Ciel est la métaphore de l'Esprit : ne perdez pas cette clé !




© 2001-2017

Valid HTML 4.01! Valid CSS!